AlloCougar
Site de rencontre pour les femmes libérées

La séparation ? Même pas peur !

Nous anticipons, nous nous inquiétons, nous nous projetons, nous voyons déjà la fin d’une relation alors qu’elle a à peine débuté. Plus que toutes autres, les cougars peuvent être les premières angoissées par le temps qui passe. La vie n’est pas un compte à rebours qui défile. La maturité a cet avantage qu’elle permet de maîtriser ses peurs. Tout est question ensuite d’exercices quotidiens. Vous appréhendez qu’il/elle vous quitte pour un jour ou pour toujours ? Commencez par travailler sur votre angoisse de la séparation pour pouvoir petit à petit vous en libérer. Et voici comment faire concrètement…

La vie de Chateau

1. L’accepter

Tout comme la jalousie, la peur de la séparation révèle un manque de confiance mais aussi un attachement. D’une certaine manière, c’est le versant négatif du sentiment amoureux qui nous lie à l’autre. Au lieu d’en souffrir et de juger cela comme un « mauvais sentiment », réjouissez-vous. Observez-vous et constatez par vous-même. Vous avez peur d’être séparé(e) pour plusieurs jours, par un voyage plus ou moins long ou d’autres obstacles ? Tant mieux, c’est plutôt bon signe. N’oubliez pas, là où il y a de la peur, se cache toujours du désir. Le mieux encore ici est de ne pas en avoir honte et de l’assumer. C’est le meilleur moyen pour ne pas dramatiser la situation. C’est plus simple que vous le pensez. Plus léger. Vous êtes adulte, vous êtes capable d’affronter vos peurs et puis de passer à autre chose sans faire porter le poids sur votre partenaire. Eyes wide open…

2. Trouver la parade

Vous êtes désormais conscient(e) de votre penchant. Pour ne pas étouffer votre jeune amant ou votre cougar et ne pas sombrer du côté obscur, apprenez à tricher avec vous-même. Les émotions sont parfois plus rapides et avisées que nous. Sans aller jusqu’au syndrome de Stockholm où la victime tombe amoureuse de son persécuteur pour pouvoir survivre, développez des techniques d’esquive pour aller de l’avant. Il/elle part pour une semaine ? Organisez-vous tout un programme pendant cette absence. Profitez de l’occasion pour sortir de vos habitudes et votre quotidien. Prévoyez d’être bien entouré(e) de vos proches ou vos amis. Ce sont aussi des vacances loin de l’autre,  tirez-en les avantages. Sortez de l’ordinaire.

3. Renouer avec votre zone de confort

Si vous vous sentez fragilisé(e) « loin des yeux, loin des cœurs », faites un petit retour sur vous-même. Il est temps de prendre soin de vous et d’apprécier en premier lieu votre propre compagnie. Les retrouvailles ne seront que meilleures. Cocoonez-vous. Allez faire des soins dans les instituts de beauté, offrez-vous une séance dans un hammam ou tentez un nouveau sport. Il s’agit de ne pas faire peser sur la relation son propre blues.

4. C’est bon pour la rencontre

Il s’agit de faire la part des choses. Ne projetez pas sur l’absent(e) vos propres histoires. Au contraire, la distance (passagère) peut être un moyen d’inventer un nouveau mode de communication entre vous : renouez avec les chats communs (et les souvenirs peut-être de votre première rencontre sur allocougar.com !), pratiquez le « téléphone rose » à deux, etc. Parce que ça attise le désir, la séparation peut être un bon moyen de visiter à deux des territoires non encore explorés. Et vous verrez, bientôt vous ne tarderez pas à lui demander : « alors, chéri(e), tu repars quand ? »

Crédit photo: Rue des Archives/ ©Marcel Dove/Rue des Archives