AlloCougar
Site de rencontre pour les femmes libérées

La cougar n’est ni une maman ni une pute

Il y a les gens bipolaires qui oscillent entre l’exaltation et la dépression. Et il y a des conceptions bipolaires des relations amoureuses. La pire et la plus connue est la classique projection masculine faite sur les femmes. Elles sont ou bien des mamans, c’est-à-dire pures, innocentes, douces, protectrices, fiables, ou facile, c’est-à-dire légères, infidèles, méprisables. Voilà qui réduit de beaucoup le champ des possibles, non ?

La cougar n’est ni une maman ni une pute

Pourquoi ce dualisme ?

Dans cette conception archaïque, il y a les femmes qu’on respecte (avec lesquelles on s’engage dans de longues relations avec enfants et PEL à la clef) et celles qu’on ne respecte surtout pas (qu’on bascule le temps d’une soirée, la f***friend de service, etc). D’un côté, les sentiments et l’attachement sur la longue durée, de l’autre le flirt et la fulgurance éphémère. Allez, il est temps d’oublier la sainte et l’actrice hyper-douée des films ! On redescend dans la réalité. Chacun peut être tout à la fois.

Ce qui compte : le terrain de la rencontre

La sexualité est le territoire secret de chacun. Chacun a à découvrir son plaisir dans les bras d’un autre ou de plusieurs autres. L’énumération des partenaires a ici peu d’importance. Ce n’est pas la compétition. Une cougar a forcément une vie amoureuse passée derrière elle, c’est ce qui fait ce qu’elle est aujourd’hui. Un jeune homme a ses propres expériences et a envie d’en connaître davantage. Ils vont pouvoir se rencontrer.

Ni papa ni légé

Au-delà d’un machisme primitif, cette distinction pointe du doigt la difficulté inhérente d’être en couple. Avec le temps, l’affection et les sentiments prennent de plus en place en place. On devient une entreprise à deux et l’on veut protéger l’autre. Résultat ? On commence à se materner, à se nommer des petits surnoms, à s’échanger des mots doux. Ce n’est pas qu’une question de genre. Le toy boy peut lui aussi se transformer en objet ou en compagnon asexué qui se laisse gentiment câliné. Bref, on finit par infantiliser l’autre et il n’y a rien de pire pour la rencontre. Résultat ? Inévitablement, on a envie d’aller voir ailleurs.

Tournez manège !

Ce n’est pas qu’une question de projection. Une cougar peut plus facilement glisser dans ce piège. Plus âgée et expérimentée, elle peut prendre une certaine assise sur son amant. Or elle ne doit pas oublier qu’elle est aussi une femme qui a besoin d’être prise. Autrement dit, s’il y a un rapport de pouvoir, évitez qu’il soit unilatéral. Faites en sorte d’inverser en permanence les positions. C’est peut-être là le secret. Qu’on soit toy-boy ou cougar, il n’y a pas de rôles prédéterminés. Et il n’y a pas simplement deux pôles entre lesquelles vaciller. Il faut expérimenter à deux toutes les possibilités offertes dans l’exploration des sentiments et des sens. Il n’y en a pas deux mais des milliers. Ca promet !

Crédit photo: DAVID HURN/MAGNUM PHOTOS

, le - Dernière mise à jour le .