AlloCougar
Site de rencontre pour les femmes libérées

Je suis asexuel, et alors ?

L'asexualité, qu'est-ce que c'est ?

Ils ne représentent que 1 % de la population. Les asexuels sont les personnes qui ne ressentent pas le besoin (ni l’envie) de faire l’amour. Ils ont même une journée qui leur est dédiée (le 26 avril). L’asexualité est donc une orientation sexuelle comme une autre, à ne pas confondre avec la pansexualité ou l’abstinence (en l’occurrence : la privation volontaire de sexe). Attention, être asexuel ne signifie pas pour autant qu’on n’a pas envie d’être amoureux ou engagé dans une histoire à deux. Voici 10 phrases/comportements clefs qui révèlent un profil asexuel.

1. Elle/il regarde le plafond pendant l’acte

Avouons-le, ce n’est pas très bon signe. Elle/il paraît absente et s’ennuyer profondément. Un peu plus et elle/il bâillerait. Vous vous sentez bien seul(e)… D’ailleurs, c’est toujours vous qui prenez l’initiative. Elle ou il répond toujours : « Oui, si tu veux… »

2. Je déteste le toucher

Votre partenaire clame qu’il/elle déteste tout contact physique. Difficile alors d’entrer dans le rapport le plus intime qu’il soit. C’est plutôt mal parti pour une bonne partie de jambes en l’air.

3. Je trouve le sexe masculin repoussant

Dans ce cas, cela va compliquer tout jeu sexuel entre vous. Si l’autre a un dégoût du corps de l’autre, elle ne peut pas être disposée et ouverte à l’acte sexuel. Ca risque de ne pas très bien passer. La notion de plaisir et d’envie n’est pas ici invitée, ce qui est quand même très embêtant.

4. C’est toujours la même chose, autant regarder un bon film

Votre partenaire asexuel manifeste son non-intérêt profond pour le sexe. Il ou elle n’y voit aucun intérêt. Vous pouvez essayer de l’initier aux joies du sexe mais vous avez du pain sur la planche.

5. Le sport, ce n’est vraiment pas mon truc

Encore une fois, votre partenaire asexuel a une perception très négative du sexe. Pour lui, c’est équivalent à une séance de sport dans un club de gym. En gros, beaucoup d’efforts pour pas grand chose…

6. C’est stressant de simuler

N’ayant pas accès aux plaisirs du sexe, la personne asexuelle essaie pourtant de satisfaire son partenaire pendant l’acte. Cela passe par la simulation. Faire l’amour est alors synonyme d’effort et non de réconfort.

7. Cela me donne envie de vomir…surtout le sexe oral

Pas de doute, vous avez en face de vous quelqu’un de réfractaire à la sexualité. Il va falloir y aller tout doucement et ne pas la/le brusquer.

8. Le sexe, désolé(e), ce n’est pas pour moi, je laisse ça aux autres.

Votre partenaire sait qu’il ou elle est asexuel. Au moins, ça a le mérite d’être clair. Il ou elle a le mérite de vous le dire. Acceptez cette confession, dites-lui que vous l’entendez, essayez de la/le comprendre. Désormais il va falloir ensemble voir comment composer avec l’envie (ou la non-envie) de l’un et de l’autre.

9. Me voir nu(e) coupe toute ma libido

Essayez alors de valoriser l’autre. Il s’agit de lui redonner confiance en lui ou en elle, de se réapprendre à s’aimer. Mais sachez que vous ne pouvez pas faire tout le travail, c’est à l’autre de décider si elle ou il a envie de s’engager sur cette voie.

10. La peur d’attraper une maladie ou de tomber enceinte me bloque totalement

Il s’agit peut-être ici de désamorcer la bombe et de montrer à l’autre que le sexe n’est pas quelque chose de sale, de honteux ou de morbide. Cette peur est parfois aussi le fruit d’une mauvaise expérience ou de l’éducation. Dans tous les cas, apprenez à prendre votre temps à deux. Les galipettes, c’est plutôt amusant et ça ne doit avoir rien de traumatisant.

Crédit photo: film Le journal d’une femme de chambre